Présentation

Bienvenue sur les archives consacrées à Mao Zedong, le grand révolutionnaire chinois. Vous trouverez ici ses oeuvres, placées dans l'ordre chronologique, une biographie retraçant sa vie, depuis ses débuts penseur comme démocrate et poète jusqu'à sa direction de la guerre révolutionnaire et la construction du socialisme – où la culture a été considérée comme ayant une importance capitale –, une introduction au maoïsme, troisième étape du marxisme et, enfin, une série d'études, très utiles pour comprendre le maoïsme de manière adéquate.

Mao Zedong - Staline, l'ami du peuple chinois

Ce 20 décembre, le camarade Staline aura soixante ans. Il est facile de s'imaginer quels vœux sincères et chaleureux cet anniversaire va susciter dans les cœurs de tous les révolutionnaires du monde qui connaissent cette date.

Fêter Staline, ce n'est pas une formalité. Fêter Staline, c'est prendre parti pour lui, pour son œuvre, pour la victoire du socialisme, pour la voie qu'il indique à l'humanité, c'est se déclarer pour lui comme pour un ami très cher.

Car l'immense majorité des hommes vit aujourd'hui dans les souffrances, et elle ne peut s'en affranchir qu'en suivant la voie indiquée par Staline et avec son aide.

Le peuple chinois, qui éprouve actuellement les plus grands malheurs de son histoire, a plus que jamais besoin d'aide.

Comme il est dit dans Le Livre des Odes, « L'oiseau appelle et quête la réponse d'un ami » ; ce vers évoque bien la situation où nous sommes.

Mais quels sont nos amis ?

Il y a les soi-disant amis, gens qui se parent du titre d'amis du peuple chinois et que, d'ailleurs, certains Chinois eux-mêmes appellent sans réfléchir leurs amis.

Mais on ne peut ranger ces amis-là que dans la catégorie de Li Linfu, ce premier ministre à la cour des Tang, connu pour avoir « du miel sur les lèvres et un poignard caché dans son sein ».

Tels sont en effet ces « amis » : ils ont « du miel sur les lèvres et un poignard caché dans leur sein ».

Qui sont-ils donc ?

Ce sont les impérialistes, qui prétendent éprouver de la sympathie pour la Chine.

Il y a aussi des amis d'un tout autre genre, ceux qui nous portent une sympathie réelle et qui nous considèrent comme des frères.

Qui sont-ils ?

C'est le peuple soviétique, c'est Staline.

Aucun pays n'a renoncé à ses privilèges en Chine, sinon l'Union soviétique.

Au cours de notre Première Grande Révolution, alors que tous les impérialistes étaient contre nous, seule l'Union soviétique nous a apporté son aide.

Depuis le début de la Guerre de Résistance contre le Japon, aucun gouvernement de pays impérialiste ne nous a véritablement soutenus ; seule l'Union soviétique nous a aidés de son aviation et de son matériel.

N'est-ce pas suffisamment clair ?

Seuls le pays du socialisme, son dirigeant et son peuple, les penseurs, hommes politiques et travailleurs socialistes peuvent apporter une aide réelle à la cause de la libération de la nation chinoise et du peuple chinois; sans leur aide, notre cause ne saurait remporter la victoire finale.

Staline est le fidèle ami du peuple chinois en lutte pour sa libération. L'amour et le respect du peuple chinois pour Staline, ses sentiments d'amitié pour l'Union soviétique sont profondément sincères, et aucune tentative de semer la discorde, aucun mensonge, aucune calomnie ne saurait les altérer.